LES JEUNES: ZOOM N°5

Jean-Baptiste Guillaud nous vient de la section régionale de Champagne-Ardenne et il fait, en ce mois de février, l'objet de notre habituel clin d'oeil envers les jeunes. 

UNAF :Peux-tu te présenter brièvement, s’il te plait ?

Jean-Baptiste : Bonjour je m’appelle Jean-Baptiste Guillaud, j’ai 24 ans et je suis le responsable jeune du département de l’Aube, en Champagne-Ardenne. Originaire de la Côte d’Opale, je suis venu dans la région Champenoise pour le travail (Laboratoires). Je suis arbitre depuis 9 ans et j’officie en séniors de district.

UNAF : Qui t’as fait connaitre l’UNAF ? Et depuis combien de temps es-tu adhérent ?

Jean-Baptiste : Mon père. Il est arbitre et Unafiste depuis 30 ans et c’est lui qui m’a donné la passion du sifflet. Unafiste depuis les débuts donc, j’ai passé mes premières années d’arbitre en sa compagnie et très rapidement je me suis investi. Grâce à lui j’ai connu un nouvel univers et cela m’a permis de tisser des liens très forts avec lui. Je lui dois tout dans l’arbitrage et j’espère faire aussi bien que lui. Papa si tu arrives à lire ces lignes (il faut qu’il porte des lunettes avec  l’âge (rire)) je te dis : Merci.

UNAF :Peux-tu nous citer 3 qualificatifs pour symboliser l’UNAF ?

Jean-Baptiste : L’UNAF c’est l’unité. Nous sommes tous rassemblés pour une même passion, des mêmes attentes, des mêmes peurs parfois. L’arbitrage est une grande famille et l’UNAF a un peu le rôle de parrain/marraine.

L’UNAF c’est la sympathie. Lors d’un tournoi, peu importe le résultat sportif, le principal c’est les à-côtés : la discussion autour d’un verre, les parties de cartes entre les matchs, le trajet en voiture où on rigole beaucoup. Et à force de manifestations, on devient tous des amis.

Enfin l’UNAF c’est l’amélioration. On y rencontre des personnes aux expériences différentes et cela permet de progresser. C’est aussi un peu comme le milieu professionnel : plus on accompagne la personne, plus elle se sent impliquée et plus sa performance augmente. Et moins elle aura envie de quitter sa boite.

UNAF : Quels sont les arguments pour convaincre un arbitre de devenir Unafiste ?

Jean-Baptiste : Je parle des tournois bien évidemment, cela attire beaucoup de jeunes. J’aime bien également raconter des anecdotes, cela permet aux jeunes de mieux se rendre compte du climat amical qu’il y a à l’UNAF. Le discours doit être le plus concret possible.

Malheureusement depuis ces dernières années, on a beaucoup de mal à les motiver. Il faut s’en cesse renouveler sa manière de communiquer et surtout ne jamais baisser les bras. Parfois cela demande beaucoup d’énergie et de patience.

UNAF :As-tu déjà participé au tournoi Tereygeol ? Si oui, que penses-tu de ce tournoi ?

Jean-Baptiste : J’ai participé au Tereygeol, qui a eu lieu à Talence en décembre dernier. C’était mon premier et dernier en tant que joueur, limite d’âge oblige. Mais j’y retournerais volontiers en tant qu’accompagnant.

C’est un tournoi national. Cela est suffisant pour définir toute l’ampleur du Tereygeol. Le fait d’être entre amis 4 jours (quand on vient de loin) participe aussi au plaisir. Ce qui est marrant c’est le dimanche matin sur le terrain : on arrive à repérer ceux qui ont fait la fête toute la nuit !

UNAF : Quels sont tes objectifs au niveau de l’arbitrage ?

Jean-Baptiste : J’aimerais passer ligue. Cela va me demander du travail car j’ai des lacunes à corriger. Si ça fonctionne pour moi, après 3-4 ans en ligue je demanderais à passer « spécifique assistant ». Cela me permettrait d’officier plus haut par la suite. J’aimerais également devenir observateur car j’ai toujours aimé transmettre ma passion et évidemment les valeurs de l’UNAF.

Vous retrouverez aussi cet article dans la rubrique "Jeunes".