L'UNAF INTERPELLE LA MINISTRE DES SPORTS ET LE PRESIDENT DE LA FFF

L’union nationale des arbitres de football (UNAF) qui représente par sa voix à la Haute Autorité du Football 25 000 arbitres en France, dénonce avec la plus grande fermeté la vague d’agressions sur les arbitres depuis le début de la saison.

Pas une semaine n’a passé sans que les juges arbitres ne soient pris à partie, subissent des voies de fait et souvent des agressions physiques.

L’UNAF a dénombré plus de 30 agressions sur l’ensemble du territoire en moins de trois mois, avec pour la majorité des ITT.

Ces comportements sont inadmissibles et intolérables. Ils ont des conséquences physiques et psychologiques très graves sur les personnes violentées. Sans parler du recrutement et de la fidélisation des arbitres, ces faits faisant fuir quelque candidat que ce soit. Et c’est compréhensible.

L’UNAF en appelle à la ministre des sports et au président de la FFF pour annoncer des mesures car en dépit des sanctions judiciaires aggravées pour les agresseurs d’arbitres, délégataires d’une mission de service public, la situation ne peut ainsi perdurer.

« Chaque fin de semaine, chaque dimanche soir, les délégués juridiques de l’UNAF en sont à redouter un appel téléphonique » explique le président Jean-Jacques Demarez.

L’UNAF souhaite que les autorités de tutelle soient conscientes de ce que vit le corps arbitral dans le football.

« A nouveau, une prise de conscience s’impose » souligne encore le président, après plusieurs déclarations au cours des dernières saisons.