COMMUNIQUE DE L’UNION NATIONALE DES ARBITRES DE FOOTBALL SECTION RHONE-DURANCE

Après un week-end particulièrement violent sur les terrains de sa Section Départementale, le Président Benoît Wolff vient de publier un communiqué dont nous vous livrons ici l'intégralité.

Outre le fait que Benoît soit très investi au sein de l'UNAF, il est aussi arbitre de ligue (méditerranée), international de beach-soccer et surtout et avant tout arbitre du district Grand-Vaucluse. 

C'est un cri d'alarme que nous pourrions reprendre dans chaque district, chaque ligue, à la FFF et à la LFP tant les propos sont vrais et inquiétants. Nous ne nous lassons pas de tirer la sonnette d'alarme, jusqu'à quand faudra-t'il le faire ?

Nous vous invitons à partager largement ce communiqué.

Benoît Wolff: "Voilà un écrit dont je me serais bien passé. Voilà un écrit avec lequel l'UNAF Rhône-Durance espérait en avoir enfin terminé. La politique du district Grand-Vaucluse avait plutôt porté ses fruits, mais c'était le calme avant la tempête. Le week-end du 07-08 avril 2018 n'a pas été bon. Pas bon du tout.

Que dire de cet arbitre de 18 ans frappé au point d'avoir 5 jours d'ITT, et évacué sous escorte de la gendarmerie, et ce, jusqu’à l’hôpital. Est-ce que cela en vaut la peine ? Est-ce que pour un match de U15 honneur, cela vaut la peine d'aller frapper l’arbitre ? Et sur tous les présents, personne ne sait qui a frappé ??? J'ai honte que de tels gestes puissent être impunis car la majorité n'a rien vu ou n'a rien voulu voir. Les joueurs, spectateurs, dirigeants demandent aux arbitres d'être le seul homme courageux à faire ce que, eux-mêmes, ne feraient pas en groupe ? J'ai honte de mon football.

Que dire de ce match en D3 où l'on trouve normal de contester, avec véhémence, un arbitre. Nous ne sommes que les directeurs de jeu, nous ne sommes en aucun cas là pour nous faire insulter, nous faire contester. Et cela semble normal d'empoigner un arbitre pour le faire changer d'avis ?

Que dire maintenant des journalistes qui font écho à des propos tels que : "les arbitres ont tout fait pour nous faire craquer", "les arbitres nous ont tué la saison", ou dire que les arbitres sont "arrogants" et avec ironie sont "trop expérimentés"...

Que dire des dirigeants et entraîneurs qui tiennent de tels propos...

Pensez-vous vraiment que les arbitres tiennent conseil, s'appellent pour se donner le mot contre tel club, telle équipe, tel joueur, tel dirigeant ou coach ?
Pensez-vous vraiment que les arbitres sont les instruments de mort envoyés par un district "anti-club" pour appliquer leur politique ?
Pensez-vous que les arbitres aiment mettre des cartons, se plaisent à être dans la sévérité ? Nous ne sommes que des hommes, des femmes qui essayons de faire notre travail. Verrait-on un arbitre aller cracher dans la presse qu'il n'a pas fait une bonne saison et qu'il descend ou qu'il ne monte pas à cause d'un club qui lui a pourri un match ?
Verrait-on un arbitre crier sur les joueurs car ils n'ont pas fait la bonne passe, le bon tir ou le bon arrêt ? Verrait-on un arbitre aller voir un coach en criant car ses remplacements sont mauvais ? Ou que son système de jeu est à revoir ?

Tout joueur, dirigeant, entraineur, spectateur se sentirait agressé et désabusé par de tels actes. Pourtant, l'inverse est "normal". Quand on gagne, ce n'est jamais grâce à l'arbitre, par contre, quand on perd, l'arbitre a toujours une part de responsabilité. Combien de clubs comptent le nombre de points que les arbitres leur ont fait perdre ?? Et maintenant, verrait-on un arbitre compter le nombre de loupés de la part d'un avant-centre, seul devant les cages ? De mauvaises passes ? D'oublis de marquage entrainant un but ? D'erreur de gardien de but ? Pourtant, les accuse-t-on de tricherie ? D'être des voleurs ? Des voyous ? Irait-on les frapper pour avoir commis une erreur ? Toujours pas.

Alors oui, les anti-arbitres diront que l'arrogance de cette corporation a détruit les dialogues. Quel dialogue ? Celui de "Vous avez fait une erreur et c'est tout" ? Est-ce un dialogue ou un monologue défouloir pour ne pas voir et assumer ses propres erreurs ?

Vous pensez avoir votre vérité. Tout comme l'équipe adverse. Tout comme l'arbitre. Il n'y a pas Une Vérité. Il y en a une multitude. Il y en a une multitude dans le sens de l'équipe A et une multitude dans le sens de l'équipe B mais il n’y en a qu'une seule pour le corps arbitral. Je ne dis pas qu'il détient LA vérité. En tout cas, c'est la SEULE qui soit neutre pour un arbitre qui essaye de faire du mieux qu'il peut.
Je suis un fervent défenseur de l'arbitrage et du football. Mais si tout le monde n'avance pas dans le même sens, il n'y aura plus de football amateur. Car, ne vous trompez pas, sans arbitre, il n'y aura plus de football...
"

Retrouvez le communiqué dans sa version initiale ci-dessous.