PRISON FERME

Le 3 avril 2016, lors du match de Première Division AS Anzeling – Boulay CA 2, un adhérent, officiant en tant qu’arbitre central, avait été violemment agressé par un joueur d’Anzeling, puis par un spectateur également licencié au même club, suite à un fait de jeu anodin.
Le premier lui avait envoyé le ballon avec force dans la figure avant de lui porter un coup de tête. Le second l’avait violemment bousculé, le projetant au sol.
Ils avaient ensuite, également, agressé un spectateur.
 
L’UNAF s’était immédiatement saisie du dossier, ainsi que son avocat. De son côté, l’arbitre agressé avait déposé plainte et fait établir un certificat médical descriptif de ses blessures. L’ITT avait été fixée à 5 jours.
 
La Commission de discipline du District Mosellan de football a respectivement suspendu les deux individus pour 10 et 6 ans, selon procès-verbal du 28 avril 2016.
 
Au plan pénal, le dossier a été jugé le vendredi 12 mai dernier par le Tribunal correctionnel de Metz, à l’issue d’une procédure relativement rapide. L’auteur du coup de tête a écopé de 6 mois d’emprisonnement ferme, auxquels s’ajoutent 6 autres mois d’emprisonnement en révocation d’un sursis antérieurement prononcé. Au total, 12 mois d’emprisonnement ferme sont donc prononcés à son encontre.
Le second auteur a écopé de 6 mois d’emprisonnement avec sursis.
L’arbitre et l’UNAF ont été reçus en leur constitution de partie civile se sont vu allouer une indemnisation.
 
La décision reste toutefois susceptible d’appel.
 
En tout état de cause, la célérité conjuguée de l’UNAF, suite à l’agression de l’arbitre, et de celui-ci dans la mise en œuvre des démarches incontournables au traitement de sa situation (plainte le lendemain de la rencontre, établissement d’un certificat médical et d’un arrêt de travail) ont permis d’obtenir un résultat rapide et satisfaisant suite aux violences subies.